Life is Strange

Publié le

Avant de parler du jeu, je vais faire le point sur le studio français qui l'a développé, DontNod, qui est l'auteur de Remember Me, mais pas vraiment celui auquel vous avez pu jouer.

A la base, Remember Me s'appellait Adrift, et avait un scénario bien plus poussé que celui qui est sorti, scénario qu'avait instancié Alain Damasio et Stéphane Beauverger, auteurs qui avaient déjà prouvé leur valeur de part leurs écrits de SF.

Le scénario prévu pour Adrift était prévu pour être une réelle réflexion sur l'évolution de notre société, sur ce que la technologie pouvait apporter ou retirer sur la complexité de l'être humain, ainsi que les dangers que nous rencontrerions à la mettre entre de mauvaises mains.

En gros, un scénario qui vaut le détour, malheureusement explosé par un Capcom bourré de marketeux qui ont dit "Faites en jeu un de baston lol". Ceux qui ont les sous étant ceux qui décident, on est passés à côté d'une perle.

Bref. Le truc positif à en retirer, c'est que Dontnod est composé de personnes brillantes, qui ont prouvé qu'ils sont capables de créer des bons jeux. Et leur dernière création, Life is Strange, nous confirme ça !

Life is strange...

Max dans son cours de photographie

Le jeu démarre au quart de tour, vous voilà pris dans une tempête incroyablement violente. A peine avez-vous le temps de vous demander quoi faire, de comprendre où vous êtes que vous faites face à une énorme tornade.

Puis vous vous réveillez... Dans une salle de classe... Votre aventure peut commencer.

Vous incarnez une adolescente appellée Maxine Caulfield - "Max" - une geekette introverti qui fait des études de photographie à l'académie Blackwell, située dans son village natal d'Arcadia Bay dans l'Oregon.
Elle s'y est inscrite pour suivre les cours du célèbre artiste Jefferson pour qui elle a une admiration sans limites.

On y découvre alors de nombreux personnages, allant de la petite bourgeoise bêcheuse à la petite fille croyante ultra timide ainsi que diverses personnes d'origines sociales très diversifiées.

La principale intrigue se situant entre un incroyable don que Max a de pouvoir remonter le temps sur une courte période, sans influencer sa position ou sa mémoire, et une mystérieuse disparition d'une fille - Rachel - qui était très populaire au sein de l'académie et du village d'Arcadia Bay.

Faites vos propres choix

Max sortant de cours, affrontant le couloir d'élèves

Comme je l'ai dit plus haut, le gameplay du jeu va essentiellement tourner autour du fait que vous allez pouvoir remonter dans le temps sur de courtes périodes, ce qui va vous permettre d'analyser des éléments, et d'estimer le choix à faire en fonction de ce que vous allez retirer de différentes situations.

C'est le même concept de gameplay décisionnel et de scénario interactif qu'a pu montrer The Walking Dead ou The Wolf Among Us, mais avec cette particularité que vous pouvez revenir sur une décision, et que vous devrez le faire pour avancer dans l'histoire.

Un exemple concret : Vous devez répondre à une question pour débloquer une situation, et bien, vous pouvez vous tromper, revenir avec la bonne réponse et l'annoncer comme si de rien était !
Ça peut paraître simpliste vu comme ça mais vous pouvez imaginer des décisions plus difficiles à prendre car malgré le fait que vous pouvez en changer à volonté, il n'est cependant pas possible de prévoir les conséquences à long terme...

Et c'est là toute la beauté de ce jeu, car vous avez tous les éléments pour débloquer une situation, et il est probable que malgré ça, vous ne preniez quand même pas la bonne décision :-)

Un contexte simple

Des goûts simples...

Très vite, on s'attache au personnage de Max. Entre ce don dont elle ne connait ni l'origine, ni l'étendue, ni les conséquences qu'elle aura à l'utiliser, des relations compliquées avec le monde qui bouge autour d'elle, une meilleure amie - Chloé - qu'elle a perdu de vue et qui semble lui reprocher, on a la sensation de l'aider à avancer au travers des soucis quotidiens d'une geekette introvertie.

C'est l'implication du joueur dans la vie du personnage qui donne toute sa force à Life is Strange, et de ce côté là, ils ne se sont absolument pas trompés :-)
D'autant plus que l'immersion est renforcée avec des tonnes de références à la culture pop contemporaine. On entend parler de séries ou d'animés connus, renforçant encore la sympathie que l'on a pour les personnages qui ne sont vraiment pas différents de nous.

Côté graphique, c'est très simple, je dois même avouer que ça m'a un peu déstabilisé car la patte graphique a le cul entre deux chaises, car ce n'est ni réaliste, ni cartoon, mais ça emprunte des techniques des deux camps.
Le tout n'est pas moche, bien entendu, mais je prendrais l'exemple des objets qui sont représentés par des dessins un peu grossiers alors que les personnages sont plutôt réalistes dans leurs silhouettes.
C'est peut-être une façon de mettre en évidence les personnages, je ne sais pas trop.

La bande son est splendide quant à elle. En même temps, c'est l'excellent Syd Matters qui y a contribué, avec le thème officiel Obstacles que vous pouvez écouter ici : https://www.youtube.com/watch?v=jb1SkDjaXk8

En bref

C'est une belle découverte. Et j'attends impatiemment le chapitre deux qui sortira en Mars.

Chaque chapitre a une durée de vie de 3h environ, ce qui ferait 15h au total, on est dans la moyenne dans ce domaine.

Si vous aimez les histoires interactives, ou tout simplement les jeux à scénarios, sautez dessus. Je vous recommande également de suivre les différents projets de Dontnod qui ont l'air de pouvoir être indépendants dans leurs créativités désormais :-)

Merci d'avoir lu et n'hésitez pas à me poser des questions en commentaire !

Trailer officiel

   Retour